Histoires de la salle A6, souvenirs d’une heureuse professeure : sortie novembre 2020

Bureau de la salle A6
Souvenirs d’élèves

Chez Christophe Chomant Éditeur, septembre 2020.

Souvenirs d’une professeure de Français, d’Histoire-Géographie et de Théâtre. Cinquante-six histoires de rencontres, de miracles, de destins, d’épreuves et de réussites de garçons et de filles que le hasard a conduit dans une salle de classe, au milieu d’un couloir de lycée professionnel : la salle A6. Entrez ! Ici, on apprend à devenir. Mais qui donne et qui reçoit le plus, à ce rendez-vous renouvelé depuis vingt-cinq années ? Oh, le beau métier ! Oh, la belle humanité !

Extraits

Poème de Corentin F. (ancien élève)

Un jour, je m’étais éclipsée pour aller faire des photocopies. J’avais laissé une classe […] en autonomie durant ce temps, avec un travail à faire. J’avais demandé le calme et la concentration durant mon absence. C’était une classe très agitée, avec de fortes têtes qui menaient la danse. Pourtant, j’avais déposé ma confiance au milieu d’eux et je les avais laissés seuls. J’étais revenue très rapidement. À pas de loup. À pas de chat. La porte était restée grande ouverte, comme je l’avais laissée en partant. Pas un bruit dans la salle. Je me suis approchée sans me faire remarquer. Aussi discrètement qu’un chat. Ni vue ni connue. Et je les ai espionnés. Petit à petit, je me suis montrée dans l’encadrement de la porte. Ils ne m’ont pas remarquée, concentrés sur leur travail. Sérieux magnifiquement. Beaux dans leur application. Combien de temps cela a-t-il duré ? Je l’ignore. À un moment, j’ai pris la parole dans ce silence recueilli, j’ai dit : « Vous savez quoi ? » Ils ont relevé la tête. « Je vous aime. » C’était la première fois que j’osais le dire. Je n’ai jamais eu à le regretter…

Préface

Il est un lieu magique où je retourne le plus souvent possible. J’y ai des souvenirs par mille et j’y reviens avidement encore m’en fabriquer de nouveaux.

J’y trace un chemin de vie qui croise d’autres chemins, des chemins qui hésitent, des chemins cabossés, des chemins qui ont erré et s’étaient un peu perdus, des chemins d’épines et d’aubépine, des chemins de travers, des chemins ensoleillés ou ombrageux, des chemins de lumières, des chemins sans tracé qui cherchent leur trace, des chemins si longs, des chemins si beaux qui mèneront si loin, des chemins qui font les rencontres improbables, inattendues et formidables. Qui font la vie plus grande.

Je me place à la croisée de tous ces chemins et je tends la main. Et le miracle se renouvelle chaque matin.

Depuis vingt-cinq ans, j’ai rendez-vous, dans ma salle de classe.

En salle A6.

J’ai des histoires à raconter.

Photo haut de page : des élèves et leur professeure, autour de l’artiste-slameur Koumba et la comédienne-poétesse Émilie Sciot, février 2020.

Ce contenu a été publié dans Actualités, Roman. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *